{O Toulouse} Aparté, le choc de la Culture

Une fois n’est pas coutume, il ne sera pas question de création aujourd’hui, mais de culture. Un grand mot qui revêt bien des aspects : musique, expo, art en général ou plutôt comme je préfère le voir curiosité et ouverture d’esprit.

toulouse-lesabattoirs - 2

J’ai appris à découvrir Toulouse d’abord comme étudiante, jeune fille fraîchement débarquée dans une « grande ville », prête à explorer ses moindres recoins, appréhender la ville, la connaître, puis petit à petit la faire devenir « ma » ville. On ne peut pas dire que mes études aient été culturellement très riches, dans ce milieu scientifique que j’ai connu, la place à l’exploration culturelle était assez limitée, et c’est plutôt ma soif de nouveauté, et d’inconnu qui m’a poussé à chercher les événements culturels qui pouvaient s’offrir à moi.

Il me manquait, à cette époque, je pense, un magasine ou un site (ou comme on dit un webzine) qui aurait été une référence pour savoir ce qu’il pouvait bien se passer dans ma ville. Cet agenda, où tous les événements sympas, originaux, en dehors des sentiers battus des musées ou des grands festivals seraient répertoriés.

Depuis 2010, ce webzine existe : Aparté. Complémentaire de l’agenda des concerts et/ou des expos, il recense tous plein d’événements de la ville rose qui méritent que l’on s’y intéresse.

AparteLogoSmall

Florian, président d’Aparté a accepté de répondre à mes petites questions pour que vous en sachiez plus sur cette association, aussi riche en idées qu’en projets, et qui se met en quatre pour rendre la culture accessible aux toulousains.

Quand et comment est né Aparté?

L’association Aparté est née en novembre-décembre 2010 à l’initiative de quelques étudiants de Sciences Po Toulouse en quatrième année à l’époque dont Loïc Gramaglia, chef de projet à Culturebox pour France Télévisions désormais. Cela fait donc 3 ans et nous en sommes à la quatrième saison. L’idée de départ était de créer une structure culturelle, un peu hybride, comme un laboratoire pour promouvoir la culture, et les jeunes (ou moins jeunes) artistes locaux dans tous les domaines: de la vidéo au arts du spectacle en passant par la musique, les arts graphiques, contemporains, la littérature, etc. On parle souvent d’hégémonie parisienne en matière de culture et d’activités à proposer: l’objectif était/est je crois de palier ce manque avec les autres acteurs (institutions, associations, artistes) de la culture, des médias et des arts à Toulouse.

Qui compose Aparté, et quels sont vos parcours?

Depuis deux ans Aparté s’est considérablement élargie de son cercle Sciences Po Toulouse. Nous sommes majoritairement des étudiants, quelques diplomés avec des parcours très divers. C’est bien là une richesse à préserver. Certains membres viennent de formation d’arts, d’autres de sciences humaines et sciences sociales, médiation culturelle, journalisme, communication, parcours scientifiques.

toulouse-lesabattoirs - 3

Comment définirais tu la mission d’Aparté?  A qui vous adressez vous?

Notre mission est double. D’une part, grâce au pôle événementiel, promouvoir les artistes émergents locaux grâce à un panel d’événements propres à Aparté tout au long de l’année comme la Dominicale (un dimanche par mois au bar La Maison) ou notre festival Les Croisées Créatives sur 4 ou 5 jours en général au mois d’avril. C’est aussi proposer des alternatives sorties, un échange autour des culturales avec, pour et entre les artistes. D’une autre part, grâce au magazine en ligne Aparté.com, indépendant, nous essayons de faire partager/découvrir, tout simplement de montrer et de mettre à la lumière des sujets de fond ou plus léger autour de thématiques culturelles, socio-culturelles, médiatiques qui travaillent la ville de Toulouse. Par exemple, nous avons travailler l’année passer sur le quartier Arnaud Bernard et son dynamisme historique en matière de culture.

Notre public se veut large, nous n’avons pas de public précis, même si nous touchons de fait un public étudiant, jeune, toulousain mais aussi de la région. Big up aux Montalbanais qui nous suivent. L’objectif est vraiment de s’adresser à un public le plus large possible, sans barrières générationnelles non plus. C’est valable pour nos événements comme pour le magazine.

On a tendance à souvent croire que la scène culturelle toulousaine est assez élitiste ou se réduit aux soirées étudiantes, comment vous y prenez vous pour la rendre plus accessible?

Je ne pense pas que la scène toulousaine soit élitiste ou trop estudiantine. En réalité, Toulouse est une ville de niches avec des domaines culturels historiques qui rassemblent le grand public: je pense au théâtre avec des grosses institutions comme le TNT, le théâtre Garonne et plus d’une quinzaine de théâtres indépendants. La musique rassemble tout autant. L’art contemporain avec le deuxième plus gros fond régional pour l’art contemporain (FRAC) de France. En fait, la culture foisonne. C’est peut-être difficile de se repérer parmi cette offre. 

L’idée est je pense de poursuivre une forme de démocratisation des arts et de la culture de plus en plus visible; Déjà, nos événements sont pour la plupart gratuits ou à entrée libre. Nous essayons aussi de favoriser un échange, de rendre accessible les artistes et de créer des moments conviviaux avec des ateliers ou des goûters. Le magazine en ligne est aussi un bon moyen de rendre visible et accessible la culture dans l’agglomération.

toulouse-lesabattoirs - 1

Vous organisez samedi « la rentrée d’Aparté », pouvez nous en dire plus? 

Cette rentrée consiste en une après-midi et une soirée autour de la place de la Bourse et de la rue Cujas pour amener la culture aux passants, et non pas l’inverse. On reste dans la logique de la pluridisciplinarité avec un stand photo, une petite expo street art, des happenings musicaux, un concert le soir au bar à vin le Chabrot, et la traditionnelle vente de gâteaux. Sur ce point, je tiens à insister que nous sommes d’excellents cuistos donc venez faire un tour nous voir demain (le 5 Octobre) à partir de 14h, on va essayer de vous faire passer un bon moment culturel et gourmand.

Et les prochains projets d’Aparté, c’est quoi? 

Les prochains projets, ce sont les Dominicales qui reviennent. la prochaine se tiendra d’ailleurs le dimanche 3 novembre de 17h à 20h au bar la Maison autour de la culture du monde arabe. Mais je ne peux pas en dire plus.

Vous l’avez compris, Aparté ne se repose jamais! Une bien belle initiative et une mine d’information si vous voulez découvrir de nouveaux univers! Demain (5 Octobre), Aparté fait sa rentrée place de la Bourse, à partir de 14h, l’occasion de découvrir « en vrai » leur philosophie !

Et j’en profite aussi,comme vous savez que je suis plutôt branchée musique, pour vous conseiller le très bon site (toulousain aussi) Bring Your Jack pour les actualités plus rock’n’roll ! 🙂

A bientôt!…

Et en « bonus », quelques photos du jardin des Abattoirs, un beau jour d’été…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someone