Rétros et graphiques : les foulards de Marin Masqué

Depuis toute petite, je regarde les foulards de ma mère comme des accessoires intemporels.

Synonymes de féminité, ils sont pour moi les signes de la jeune fille qui devient femme. Souvent cantonnés à une image un peu désuète, un brin démodée, ou parfois même trop « madame », je leur trouve pourtant une signification plus profonde, un charme un peu rétro, qui à l’image d’un parfum ou d’un bijou apporte du caractère et de la personnalité à celle qui le porte, dans sa façon de le choisir, puis de se l’approprier…

MarinMasqué Marie Marchandise 2

Petit à petit, en passant des écharpes en laine de mon adolescence, à des étoles dans des matières un peu plus délicates et soyeuses, l’envie d’avoir mon premier foulard, de passer de la jeune fille à la jeune femme est devenue plus présente chez moi.

J’aime tout ce qui est un peu rétro, vintage diront certain(e)s, mais ce que j’aime bien plus c’est l’utilisation de ce côté ancien mêlé à la modernité, dans les couleurs, les lignes, les motifs.

Lorsque j’ai appris qu’il y aurait des foulards chez Malmö&Lulea cet hiver, j’ai su d’abord que ce ne serait pas n’importe quels foulards. Connaissant le collectif, je savais que les créateurs invités auraient cette même envie de partager leur passion. Je ne me suis pas trompée.

MarinMasqué Marie Marchandise 4

En rencontrant Roman d’abord, puis Claire, les deux créateurs à l’origine de Marin Masqué, j’ai tout de suite compris leurs choix, ce subtil mélange de lignes épurées, de couleurs fortes, le soucis du détail dans la confection. Les entendre parler de leur travail, de leur envie donne encore plus de force à ces morceaux de soies. Ils sont purs, authentiques, ils savent s’adapter à chacune de nous, ils nous ressemblent mais nous permettent d’être uniques.

Avec une grande gentillesse, une envie de partage et un enthousiasme de jeunes créateurs lançant leur toute nouvelle marque, ils ont acceptés de se dévoiler un peu, ici, pour vous.

Je leur donne donc avec grand plaisir la parole, laissez vous guider…

Segmentin-Barré

Qui êtes vous derrière Marin Masqué? Quel est votre parcours? Pourquoi ce nom?

Nous sommes deux derrière Marin Masqué, Roman Bonnery et Claire Marin. Nous nous sommes rencontrés en 1996. Nous avions 11 ans. Nous sommes rapidement devenu proches et avons grandi ensemble à Carcassonne. Comme tous les adolescents, nous avons connus des disputes démesurément dramatiques que nous nous sommes toujours pardonnées. Ces chamailleries ont forgé notre relation et sont importantes pour notre projet d’aujourd’hui. Lorsqu’on crée quelque chose à deux, il faut savoir tout se dire et tout se pardonner!

Claire: J’ai commencé mon orientation tôt en partant dès le lycée dans une section Arts Appliqués à Toulouse. Mon bac passé, je me suis installée à Lyon. J’y ai passé 5 ans où j’ai étudié la mode et le textile. Après mon DSAA, j’ai completé mon cursus par une année à l’Institut Français de la Mode à Paris. Depuis, je travaille à Paris comme designer Couleurs et Matières dans le secteur automobile.

Roman: Après le bac, j’ai étudié la photographie dans une école de Toulouse. Je suis parti ensuite vivre à Paris. Aujourd’hui, je travaille comme photographe pour un malletier de luxe et des agences de presse. Mon travail consiste à mettre en valeur des produits par l’image. A côté de cette activité, je prends en photo la ville et tiens régulièrement un blog d’images.

Marin Masqué est né de l’association de deux amis de longue date.

Au fur et à mesure que nous avancions dans le travail, le nom Marin Masqué s’est imposé de lui-même. Il est le reflet de ce que nous ressentons quand on travaille ensemble. Il fallait un nom neutre, sans rapport direct avec notre première série. Un nom qui évoque quelque chose de positif et de frais. Il est l’alter égo dont on se sert pour s’exprimer librement.

En quoi pensez-vous être complémentaires? 

Roman: Nos parcours sont en eux-mêmes complémentaires. Le projet des foulards est une idée originale de Claire. Elle m’a proposé il y a quelque mois de m’associer à elle. On se connait très bien. J’ai donc tout de suite su ce que j’avais à accomplir à ses côtes.

Mon travail se base essentiellement sur la communication. Je prends en photo des produits pour les faire découvrir à un maximum de personnes. Le travail de Claire se fait en amont du mien. Je suis là pour lui faire prendre du recul sur ses dessins, la confronter à un regard extèrieur. C’est passionnant!

Claire: Cette complémentarité n’est pas seulement une histoire de compétences et d’expériences professionnelles. Elle existe évidemment sur ces points mais travailler avec Roman est avant tout l’interaction de deux fortes personnalités. Nous nous ressemblons sur beaucoup de points mais nous sommes parfois le jour et la nuit. Nous avons les mêmes envies et objectifs que nous pensons chacun différemment. Ce sont nos oppositions qui rendent cette relation de travail riche et constructive.

MarinMasqué Marie Marchandise

– Vous avez choisi les foulards, pourquoi? en quoi cet accessoire de mode vous ressemble? 

Claire: Je collectionne et chine les foulards depuis longtemps. Je les ai toujours porté et aimé même à l’époque où ils étaient considére comme un accessoire oublié.

Alors l’idée de travailler dessus est venue naturellement et simplement.

Le foulard est l’accessoire qui permet par sa surface plane et sans contrainte, des associations colorées et des déclinaisons graphiques à l’infini!

– Où puisez vous cette inspiration des couleurs, ce côté graphique? 

Nous sommes tous les deux influencés par la ville.

Roman regarde ses détails. Il est attentif aux mélanges de couleurs sur les façades, les portes cochères et les trottoirs.

Claire observe les perspectives, les rythmes et les ruptures. Elle apprécie particulièrement l’architecture radicale.

Nous avons associé et confronté nos points de vue dans cette première série de huit foulards.

A l’origine, les dessins étaient beaucoup moins abstraits. Nous avons volontairement pris le parti de nous éloigner des perspectives urbaines et des volumes d’architecture pour en garder seulement leurs essences. De là sont apparues des formes géométriques décomposées, des applats de couleurs radicaux, des noms de figures imaginaires.  Marin Masqué a trouvé à ce moment là toute son identité.

– Si vous deviez créer un foulard qui ressemble l’un à l’autre, il serait comment? 

Roman: Il existe déjà. Le Polymède Éclipse qui a la particularité de confronter deux couleurs qui fonctionnent parfaitement ensemble.

Claire: Il serait radical avec des contrastes d’échelles et de couleurs. Peut-être pour la prochaine série…

Vous démarrez tout juste, on peut vous souhaiter quoi ? 

Du succès!

Polymède

Bientôt, une boutique en ligne sera ouverte pour que vous aussi, comme moi, vous craquiez pour leurs foulards, mais en attendant, n’hésitez pas à suivre leur actualité sur leur page Facebook.

A bientôt!….

PS : Merci à Marie Marchandise pour les belles photos du stand de Marin Masqué chez Malmo&Lulea.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someone